Nigéria : l’épuisement des ressources halieutiques rend la pêche chimique attrayante

0

Dans de nombreuses localités de l’État d’Ebonyi, dans le sud-est du Nigeria, les pêcheurs ont du mal à maintenir la méthode traditionnelle de pêche face à la baisse des ressources halieutiques dans les rivières. Cela a entraîné l’augmentation des cas de pêche chimique dans cet Etat. Par Olisemeka Sony

Temps de pêche désespéré

Une enquête menée par le journaliste de SIPA News dans l’Etat d’Ebonyi indique que les pêcheurs locaux capturent à peine assez de poisson pour répondre à la demande du marché. Par exemple, M. Nworie Christian, qui place habituellement ses pièges à mousquetons le long de la rivière Ebonyi à Onuebonyi, dans la zone de la collectivité locale d’Izzi de l’Etat, a déclaré que les pêcheurs sont réduits à fouiller en naviguant à travers de nombreuses zones de la rivière dans une quête désespérée de poissons insaisissables. « Le plus souvent, vous passerez de nombreuses heures à fouiller dans la rivière Ebonyi à la recherche d’endroits où vous vous espérer attraper des poissons. Ce que nous faisons, c’est de chercher des zones où il y a beaucoup d’eau. Dans de tels endroits, vous avez plus de chances d’obtenir des poissons “, dit-il.

Un autre pêcheur, Paul Njoku, qui pratique son activité au niveau de la rivière Akpoha, dans la zone du gouvernement local de l’État d’Afikpo, au nord, a également déploré l’épuisement des ressources halieutiques. “Nous n’attrapons plus de poissons en si grande quantité. Si vous avez de la chance, vous pouvez attraper un ou deux poissons-chats ; Bien que d’autres personnes puissent avoir plus de chance d’attraper plus de poissons que d’autres,”a déclaré Njoku.

La pêche chimique à la rescousse

L’appauvrissement des ressources halieutiques a fait de la pêche chimique une alternative chez les pêcheurs de l’Etat d’Ebonyi. Selon l’enquête de SIPA News, l’utilisation du Dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT), du carbure, de la dynamite et de la lumière dans la pêche est devenue attrayante pour les pêcheurs dans le but de satisfaire la demande du marché.

Le DDT est un organochloré cristallin incolore, sans saveur et presque inodore, utilisé comme insecticide et pesticide pour lutter contre les maladies humaines et les ravageurs des cultures jusqu’aux années 1970, lorsqu’il s’est avéré toxique et dangereux. D’autre part, les pièges lumineux ont été conçus de sorte à ce que, une fois allumés et mis en mer, ils capturent toutes sortes d’espèces dans le filet de pêche, quelle que soit la taille du poisson. Au Nigéria, ces produits chimiques sont interdits, mais l’incapacité des autorités à faire appliquer les interdictions signifie qu’ils sont encore utilisées dans la pêche dans certaines localités y compris l’État d’Ebonyi.

Outre le fait que ces produits chimiques ont un impact négatif sur la vie aquatique, ils constituent également un danger pour la santé humaine. Par exemple, le journaliste de SIPA News a découvert que les poissons capturés avec des produits chimiques sont ramenés sur la rive morts et décolorés, la chair flasque et les yeux enfoncés, signes qu’ils ne sont pas frais. Chef John Udeh, un pêcheur local de premier plan de la rivière Aboine, a confirmé l’utilisation de produits chimiques dans la pêche au niveau de la région, mais a imputé son utilisation effrénée au fait que le gouvernement n’a pas fait appliquer son interdiction. « Les gens ont recommencé à utiliser des matériels et méthodes chimiques interdits en raison de l’incapacité du gouvernement à surveiller les zones côtières et à assurer une stricte conformité. Si ceux qui usent de telles méthodes pour pêcher sont arrêtés et punis à la hauteur de leurs forfaits, je suis sûr que beaucoup de gens hésiteraient à les utiliser », a-t-il expliqué.

Pour sa part, James Nnadi, un fermier basé à Abakaliki, s’est montré préoccupé du fait que l’utilisation de produits chimiques dans la pêche soit en train de sévir dans l’Etat d’Ebonyi : “L’utilisation de produits chimiques dans la pêche dans l’état d’Ebonyi devient inquiétante car elle devient endémique et doit s’arrêter car c’est un mauvais vent qui n’arrange personne. Nous sommes fatigués de crier à ce sujet parce que les autorités n’ont pas su assumer leur responsabilité, nous laissant dans la souffrance », dit-il.

Mme Elsie Ikemefune, une consommatrice de poisson partage également sa profonde inquiétude face à la montée des cas de pêche chimique. “En tant que passionnée de poisson frais, je suis profondément préoccupée par l’utilisation continue de produits chimiques dans la pêche dans de nombreuses régions du Nigeria, en particulier dans l’Etat d’Ebonyi où j’achète du poisson”. Mme Ikemefune a exhorté le gouvernement fédéral et les États du Nigeria à mettre en place un système d’analyse sur toutes les côtes du pays pour tester l’utilisation de produits chimiques sur les poissons vendus sur le marché.

Please follow and like us:
Share.

About Author

Leave A Reply

Copyright © SIPA | by: ZEPINTEL