MAKOKO : Des femmes de la pêche artisanale en quête d’égalité genre

0

 

Makoko est un bidonville de l’État de Lagos, au Nigéria, et où les femmes vivent de la pêche. Cette communauté a été fondée au 18e siècle et était essentiellement une communauté de pêcheurs. Selon les données du recensement de 2006, la population de Makoko est estimée à 85 840 habitants, comprenant des Nigérians issus de divers groupes ethniques et confessions religieuses. Makoko compte plus de deux-cent femmes dans le secteur de la pêche, allant de pêcheuses aux vendeuses de poissons.

Par Ruth Akinwunmi-King

Ce reporter a effectué un tour sur la lagune en canoé pour interagir avec des pêcheuses de Makoko. Le trajet qui a duré environ trente minutes lui a donné une idée sur les difficultés que rencontrent les pêcheuses Makoko. Une scène particulière qui vient à l’esprit concerne ces nombreux pièges et filets de pêche qui parsemés sur le cours d’eau de la lagune et ces femmes attendant au bord de la lagune pour acheter le poisson pêché aussi bien par des hommes que par des femmes. Quelques femmes ont partagé avec SIPAnews les difficultés qu’elles rencontrent dans leurs activités de pêche dans la lagune.

Le cas de Memunat Saliu est particulièrement intéressant : elle a déclaré à ce journaliste qu’elle s’occupe de l’aspect mécanique de l’entretien de son canot parce que l’entretien des moteurs est coûteux.

“Nous sommes en concurrence avec nos hommes et cela n’est pas facile. Nous sommes facilement discriminés en raison de notre genre et cela rend la vie plus difficile pour nous en tant que pêcheuses. Imaginez-vous que je m’occupe personnellement de la maintenance de mon canoé afin d’économiser une peu plus d’argent pour ma famille. Je dois vous avouer qu’il est difficile d’être pêcheuse à Lagos “, a déclaré Saliu.

Pour Madame Lowe, le gouvernement de l’état de Lagos ne les encourage pas, contrairement aux promesses faites. « Nous sommes confrontées à beaucoup de difficultés sur les eaux : la jacinthe d’eau constitue également un gros souci pour nous dans le pilotage de nos canots ; elle endommage facilement nos moteurs du fait que nous nous battons contre cela au quotidien », se lamente-t-elle.

Le leader traditionnel de Makoko, Ch0ef Samuel Adebowale Abo-Oluwa Erejuwa (appelé Baale dans la langue locale), admet que les femmes de la communauté sont confrontées à beaucoup de difficultés, notamment l’accès au matériel de pêche, les moteurs de canoe, les hameçons et les filets de pêche de qualité. Il a souligné que les hommes sont préférés aux femmes dans l’allocation des ressources halieutiques.

Le chef Abo-Oluwa Erejuwa a également plaidé auprès du gouvernement de l’État de Lagos pour une intervention dans la réhabilitation du marché de la pêche et permettre aux pêcheuses de bénéficier d’une égalité des chances avec leurs confrères masculins.

Les femmes dans le commerce de poisson

Cependant, un aspect prometteur chez les pêcheuses de Makoko est qu’elles interviennent aussi bien au niveau de la récolte qu’au niveau de l’après-récolte de la chaîne des valeurs de la pêche. Ces femmes sont à la fois pêcheuses et vendeuses de poisson. Après une prise fructueuse en tant que pêcheuses, elles retournent au marché de poisson d’Asejere (l’un des plus grands marchés de poissons de Lagos) situé à une certaine distance de Makoko, où elles s’engagent directement avec les vendeurs de poisson.

L’Iya Oloja (leader de marché) du marché Asejere, Alhaja Moduoe Kaosara Adebayo a souligné que les femmes du secteur de la pêche sont de grosses travailleuses et ont urgemment besoin du soutien de l’État. Elle a ajouté que Makoko assure la plus grande part de la production de poisson de tout Lagos, qui est également vendu par les femmes sur le marché, mais elle continua en disant que l’État de Lagos doit faire plus pour les femmes œuvrant dans le secteur de la pêche.

Pour l’égalité entre les sexes dans la pêche à petite échelle

Cependant, le représentant de la circonscription fédérale de Lagos Terre au parlement nigérian, L’Honorable Jide Jimoh a déclaré que tout est mis en œuvre pour améliorer le commerce et responsabiliser les femmes pour redresser l’économie nigériane. L’honorable Jimoh a indiqué que des motions sont mises en place pour appuyer le fait que les femmes de Makoko doivent obtenir le soutien nécessaire de la part du gouvernement fédéral et de l’État de Lagos, vu que le gouvernement essaie de diversifier l’économie nigériane.

Pour leur part, le ministère de l’agriculture de l’État de Lagos a déclaré qu’il était prêt à soutenir les femmes dans le secteur de la pêche. Le commissaire à l’agriculture, M. Oluwatoyin Suarau, a déclaré que le gouvernement d’État est déterminé à offrir un avenir radieux aux acteurs du secteur de la pêche, en particulier les femmes.

Suarau a expliqué que le gouvernement de l’État a introduit de nombreuses méthodes en vue d’améliorer la pêche, car cela améliorera le niveau de vie de ces femmes en leur fournissant des moyens modernes comme du matériel de pêche moderne pour maximiser les ressources en eau qui sont abondantes et qui représentent environ vingt-deux pour cent des terres de l’Etat.

Les femmes dans le secteur de la pêche de Makoko seraient ravies si le gouvernement leur venait en aide en accompagnant leurs activités. Cela encouragerait les jeunes à se concentrer davantage sur l’agriculture, surtout la pêche comme moyen de subsistance dans l’État en particulier et le Nigéria en général.

Il est important de noter que cela entrera dans le cadre des lignes directrices volontaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour la sécurisation durable de la pêche à petite échelle, ce qui favorise l’égalité des sexes dans le secteur de la pêche. Ces lignes directrices proposent que “toutes les parties reconnaissent que l’atteinte de l’égalité des sexes exige des efforts concertés de tous et que la prise en compte de la dimension genre devrait faire partie intégrante de toutes les stratégies de développement des pêches artisanales”.

Lagos est un centre d’excellence et on prévoit que son Gouverneur, Akinwunmi Ambode, doit prendre les devants en prenant en compte le genre dans la section pêche à petite échelle de l’Etat de Lagos.

Please follow and like us:
Share.

About Author

Leave A Reply

Copyright © SIPA | by: ZEPINTEL