Libéria: Les Libériens condamnent l’accord de pêche avec le Sénégal

0

 

Un groupe représentatif de Libériens a condamné un accord de pêche récemment signé entre les gouvernements sénégalais et libérien le 22 janvier 2019 à Dakar, au Sénégal.

L’accord, qui donne le feu vert à 300 navires sénégalais, y compris des navires semi-industriels et artisanaux, pêchant dans les eaux du Libéria, a fait l’objet d’un examen approfondi de la part d’un groupe représentatif de Libériens. Commentateur politique de renom et coanimateur de «The Costa Show», Henry P. Costa a déclaré que cet accord constituait une menace potentielle pour les moyens de subsistance des pêcheurs locaux, semi-industriels et artisanaux. Il a ajouté que les pêcheurs locaux n’avaient aucune chance de concurrencer les navires sénégalais couverts par l’accord.

«Notre peuple n’a pas encore le niveau de sophistication en matière de bateaux. Ils utilisent encore des pirogues en bois et leurs prises sont faibles », a déclaré Costa. «Alors, comment nos gens vont-ils rivaliser avec ceux qui ont un meilleur équipement, puisqu’ils pêcheraient tous dans les mêmes zones exclusives côtières (ZEI)?
Le piètre système de surveillance des captures, les connaissances limitées en matière de pêche et les pratiques de pêche imprudentes sont des facteurs qui, selon Costa, pourraient nuire aux activités de pêche semi-industrielle et artisanale au Libéria.
Toutefois, des représentants du gouvernement de l’Autorité nationale des pêches et de l’aquaculture du Libéria (NaFFA) ont exprimé leur désaccord avec Costa au sujet de son affirmation concernant l’accord. Augustine M. Manoballah, directrice générale adjointe de la NaFFA, a indiqué que Costa tenait à rendre l’administration du président George M. Weah impopulaire. «Je dois m’empresser de vous informer que Costa mentait trop fort. Comme d’innombrables autres personnes l’ont exposé pour ses mensonges téméraires, je ferai de même sur ce sujet », a écrit Manoballah dans un message Facebook. «Henry Costa s’est aventuré sur un terrain qu’il ne connaît pas. alors il est allé sur exposer son ignorance. ”

Manoballah a expliqué que l’accord entre les deux pays n’était pas encore finalisé malgré la signature officielle à Darkar de la directrice libérienne de NaFFA, Emma M. Glassco, et du ministre sénégalais de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Gueye. Selon lui, l’accord suivra des voies de procédure, sous réserve de l’attestation du ministère des Finances et de la Planification du développement et du ministère de la Justice.
Il a ajouté que les propriétaires des navires couverts par l’accord devront respecter les normes de pêche nationales et internationales.
«La signature de l’accord ne transfère pas automatiquement les licences aux navires de pêche. Les propriétaires de navires devront déposer leur demande conformément aux exigences nationales et internationales », a déclaré Manoballah.
L’accord
Le 22 janvier 2019, les gouvernements libérien et sénégalais ont signé un accord de pêche qui donne le droit légal à 300 bateaux sénégalais comprenant des bateaux semi-industriels et artisanaux pour pêcher dans les eaux du Libéria. L’accord est étalé sur une période de 5 ans renouvelable.
L’accord, qui entre en vigueur immédiatement à compter du jour de sa signature, autorisera spécifiquement 100 bateaux de pêche artisanale limités à 60 chevaux (puissance motrice) et 200 bateaux de pêche semi-industriels limités à une puissance inférieure à 100 chevaux à pêcher dans les mêmes conditions. Zone exclusive côtière (ZEI) avec des pêcheurs libériens.
Dans le cadre des obligations découlant de cet accord, le Sénégal aidera le secteur libérien de la pêche artisanale et libanaise dans les domaines suivants: développement des capacités humaines, recherche halieutique, valorisation et commercialisation des produits de la pêche et de l’aquaculture, suivi et surveillance de la pêche, exploitation et gestion des ressources marines. Ressources.
En vertu de cet accord, 100 navires pêcheront dans les eaux libériennes chaque année et le gouvernement libérien facturera un montant forfaitaire de 1 000 USD aux artisans classés. Les navires semi-industriels classés paieront un montant forfaitaire de 1 500 USD par an au gouvernement libérien. Le gouvernement du Libéria collectera des recettes d’un montant de 2 000 000 USD pour les cinq premières années de l’accord.
De plus, l’accord donne aux bateaux semi-industriels la liberté de vider leurs prises au Sénégal, tandis que les bateaux sénégalais artisanaux débarqueront leurs prises au Libéria.
Problèmes peu clairs de l’accord
Bien que l’accord ait révélé que 100 navires pêcheraient chaque année dans les eaux du Libéria, le Gouvernement libérien n’a pas encore communiqué le nombre de bateaux sénégalais semi-industriels et artisanaux qui composent les 100 navires.
De plus, depuis la signature de l’accord, la NaFFA n’a pas révélé le tonnage de captures couvert par l’accord, malgré les efforts déployés par l’entité pour le faire condamner. Cependant, un journal local, FrontPage Africa, a annoncé que le tonnage de captures serait de 40 000 par an.

Please follow and like us:
Share.

About Author

Leave A Reply

Copyright © SIPA | by: ZEPINTEL